Cairn Terrier de A à Z - Alimentation



 
AccueilPortailGalerieS'enregistrerConnexion

Alimentation

A titre indicatif

 

L'alimentation du Cairn Terrier ou autres petits chiens :


le chien était non domestiqué, il était carnivore (fortement carnivore même…).
L’homme a trouvé le chien intéressant pour quelques qualités et l’a utilisé (chasse, garde…), il l’a alimenté selon son mode alimentaire diversifié, le rendant ainsi quasiment omnivore.

Le chien est devenu un carnivore non strict.
Il peut manger (presque tout) ce que mange l’homme, à la condition

que ce soit toujours la même chose et qu’il passe par une étape d’adaptation, si l’alimentation change.

Au travers de l’alimentation, il convient de satisfaire les besoins nutritionnels de nos animaux. 

Comme l’homme, le chien est un ensemble de cellules vivantes qui consomment de l’énergie et qui transforment les composés chimiques.

La nutrition canine doit répondre à 3 objectifs majeurs :

  • Construire, entretenir et réparer l’organisme,
  • Fournir de l’énergie (force et chaleur),
  • Prévenir du bon état de santé.

    La construction, l’entretien et la réparation de l’organisme sont réalisés par les protéines.
    L’énergie est apportée par le brûlage des graisses.
    La prévention des maladies et du vieillissement est réalisée par les minéraux, les anti-oxydants, les vitamines, les oligoéléments, les fructo-oligosaccharides et cætera.


    Les protéines ou acides aminés (à minet aussi) sont des molécules qui, décomposées selon un processus élaboré, naviguent lors de la circulation sanguine. Synthétisées, elles servent à créer les os, le système locomoteur, le système nerveux, le système respiratoire, … bref toute la « machine ».
    Les protéines absorbées par le chien sous forme d’acides aminés sont utilisées dans l’état ou synthétisées.
    Dans les aliments, il existe des bonnes et des mauvaises protéines ; elles sont ainsi cataloguées en fonction de leur digestibilité (assimilation par l’organisme).
    Lorsque la protéine n’est pas assimilable ou est en excès, la synthèse protéique (transformation de la protéine) s’arrête et la protéine est rejetée dans les selles. Lorsque l’alimentation n’est pas équilibrée, les protéines sont brûlées (transformées en énergie) au lieu de servir la « machine ».

    Les matières grasses représentent essentiellement l’énergie et l’attrait pour l’aliment (appelé appétence). Un aliment gras attire le chien, mais, une consommation excessive ou inadaptée entraîne l’obésité.
    Selon leurs origines, les matières grasses présentent peu ou prou d’intérêt, il convient d’apporter à son chien :
  • une alimentation contenant des lipides qui seront synthétisées et transformées en chaleur ou énergie,
  • une alimentation riche en acides gras polyinsaturés (dits essentiels, oméga 3 et oméga 6) qui vont entrer dans la composition des enveloppes des cellules de l’animal.
    Les aliments comportant une grande teneur en lipides doivent être réservés aux chiens actifs et/ou vivant dans un milieu froid, ou bien encore, aux femelles gestantes ou allaitantes.
    La teneur en acides gras essentiels est très importante pour la qualité de la peau et du poil (parties visibles), mais aussi pour le système nerveux et immunitaire (parties invisibles) ; les vieux chiens ainsi que les femelles gestantes ou allaitantes doivent avoir une alimentation très riche en acides gras essentiels.

    Les glucides (ou sucres) sont des éléments simples ou complexes qui interviennent dans la transformation des aliments par oxydation, dans le transit intestinal, dans l’entretien du tube digestif et dans le fonctionnement du cerveau.
    Il existe des glucides simples (lactose, glucose…) et des glucides plus complexes (amidon, cellulose, pectine, fructo-oligosaccharides…). Les premiers sont facilement assimilables ou utilisables, alors que les seconds doivent être associés à d’autres molécules.

    Avantage fondamental présent dans l’espèce canine, les sucres sont fabriqués par l’organisme si l’alimentation n’en contient pas ; le glucose absent est alors fabriqué par synthèse des acides aminés sur les protéines, mais, les protéines et les acides aminés ne remplissent pas leur rôle décrit au-dessus.

    Les vitamines et minéraux sont des coordonnateurs et réalisateurs d’actions essentielles dans l’organisme du chien.

    Les vitamines (treize essentielles) agissent sur l’intégrité et l’aspect du corps. Les vitamines ont chacune une action spécifique.

    Les minéraux sont des constituants de l’organisme, puisés dans l’alimentation, ils sont indispensables entre autre, à la création des globules rouges, au transport de l’oxygène, à la création et entretien de la peau, à la constitution et renfort du squelette. Les minéraux ont chacun des actions multiples.

 

Programme d'alimentation :

jusqu'à 10 mois alimentation chiot.

3 et puis 2 repas par jour. Laissez lui gèrer sa quantité seul.


(1) Croquettes du chien adulte :

Aliment adulte de la même marque ou sinon transition nécessaire. (voir plus bas)

(2) Régime mixte : 

croquettes plus un peu de nourriture traditionnelle



(3) Les boîtes :

Attention à votre porte-monnaie et aux quantités à donner au chien.
Il faut savoir qu'il faut donner 3/4 fois plus d'aliment humide que de croquettes en volume/poids pour avoir le même apport calorique/énergétique/santé pour le chien.
Les boîtes c'est 80 % d'eau.
Faites le calcul ! c'est édifiant !!


(4) Nourriture traditionnelle 

détaillée ci-dessous :

Rapport Viande/ Légumes : 
Jusqu'à 1 an : plus de viande que de légume ( 60 et 40% )
Après 1 an : moins de viande que de légumes ( 40 et 60%)

Viandes : 
VOLAILLE, toujours cuites. Attention aux os. Jamais de boeuf (allergisant)
POISSON maigre, toujours bouilli, une fois par mois

Légumes :
RIZ et LEGUMES VERTS, toujours bien cuits, plus de riz (brisures) que de légumes verts
FLOCONS d'avoine, LEGUMES SECHES, RIZ soufflé pour chien

Mettre aussi des compléments vitaminiques et d'oligo-éléments car sans çà la ration n'est pas équilibrée.(achat chez le véto)

III) Quantité
Manger à sa faim, jusqu'à 10-12 mois puis rationner si l'exercice est insuffisant


IV) Les friandises autorisées
Fromage :
A pâte cuite : 1 morceau par jour, la valeur d'une noix ( Cantal, Gruyère, Tomes, etc ) Pas plus car c'est très calorique.
Fruits
A PEPINS uniquement : pomme, orange, ... en petite quantité (raisin toxique)
Les os en peau de buffle ou tous autres aliments 

V) Compléments
• Huile de MAIS ou de TOURNESOL : 1 cuillerée à café deux fois par semaine.
• LEVURE de BIERE: la valeur de 4 comprimés par semaine
• CALCIUM : surtout en cas de nourriture traditionnelle


VI) Interdictions
SUCRE - GATEAUX - CHOCOLAT - PATES - PAIN - FECULENTS - VIANDES de PORC et de CHEVAL - TRIPERIE - SAUCES - GRAISSES - OS - LAIT - FRUITS SECS - BLANC d'OEUF.


La transition alimentaire :

Pour tout changement d'aliment chez le chien, il faut le faire progressivement sur une dizaine de jours. Afin de permettre à la flore intestinale de s'adapter au changement d'aliment.
A chaque changement alimentaire, une nouvelle flore intestinale se crée.

Mélanger en quantité croissante le nouvel aliment avec l'ancien jusqu'à faire une substitution complète au bout de 10 jours environs.

2/3 aliment habituel et 1/3 nouvel aliment pendant les 3 premiers jours.
1/2 aliment habituel et 1/2 nouvel aliment pendant les 3 jours suivants.
1/3 aliment habituel et 2/3 nouvel aliment pendant les 3 jours suivants.
100% nouvel aliment.
Complément d'information :

Les avantages des croquettes prenium par rapport aux boîtes.

En terme de nutrition :

les aliments secs contiennent moins de 14 % d'humidité (entre 8 et 10 % le plus souvent).

Equilibrés et complet, ils apportent tous les nutriments essentiels : protéines, matières grasses, glucides, minéraux, vitamines et oligo-éléments.

Les aliments secs garantissent une sécurité digestive car il n'y a pas ou peu de proliférations des mauvaises bactéries dans l'intestin comme on peut en avoir avec l'aliment humide.

En terme pratique :

Quand on utilise les aliments secs il n'y a pas de préparation, pesage, cuisson des ingrédients. 
En terme de conservation : ils se conservent plus longtemps et ne s'abîment pas au contact de l'air. Le stockage et le transport est plus simple. Et les odeurs....

Pour nourrir un chien :

Croquettes premium 100 % ration,(référence)
 =
Croquettes ordinaire 125 % ration,
=

Boîte 400 % ration
 
Alors faites vos calculs...


Parfois un chien ne va pas manger car la forme/taille, texture, parfum de la croquette ne lui convient pas.

On ne peut pas faire manger les même croquettes à un Cairn Terrier  qu'a un Yorkshire ou un Saint-Bernard. tout est dans la forme et taille de la croquette.
Le York est parfois difficile donc il faut de la croquette aussi plus appétentes.

Différences entre un carnivore et un omnivore (chien/chat et l'homme)

 

Les mâchoires d'un chien sont puissantes donc faites pour cisailler et non mâcher.
Le chien avale sa nourriture sans "la goûter".
Il a 42 dents à l'age adulte.
Il a très peu de papilles gustatives. Il a peu ou pas de goût par contre il sent très bien.

Il n'a pas d'enzymes digestives dans la salive donc il n'y a as de pré-digestion dans la gueule.

Les aliments arrivent dans l'estomac en gros morceaux.
Donc s'ils ne sont pas adaptés. il les rejette.

L'acidité dans l'estomac est plus importante chez le chien que chez l'homme donc il peut manger des os (attention quand même) car il les digère très bien. Le risque de perforation se fait avant l'estomac.

La flore intestinale est moins diversifiée donc le chien a du mal à digérer quand les aliments sont trop variés. Quand c'est le cas, il est dérangé (diarrhée).

L'intestin grêle étant très court. Le chien a du mal à digérer les glucides (riz, pates). Donc il faut bien cuire ceux-ci.